« La Réduction collective du temps de travail (RCTT) : utopique, vraiment ? | Accueil | « Jobs, Jobs, Jobs » : la sortie de route du gouvernement Michel »