Les trottinettes électriques, vers un nouveau modèle de déplacement urbain

Par Marie Greffe - Form'action André Renard

Depuis un peu plus d’un mois maintenant, les trottinettes électriques en libre-service ont débarqué en Cité ardente. Présent depuis plusieurs mois à Bruxelles ou dans d’autres grandes villes (à Namur depuis mai), le concept n’avait pas encore jeté son dévolu sur Liège. C’est chose faite et nul ne peut l’ignorer. En effet, ces engins motorisés sont partout. Impossible de marcher en rue sans en croiser une ou d’éviter une autre stationnée sur le trottoir. Il faut dire que leur location est rapide et sympa puisqu’en quelques clics sur un smartphone on loue l’engin et après utilisation, on le gare peu importe l’endroit (enfin presque) et on ferme la session. A Liège, c’est l’entreprise Lime qui a lancé le marché la première. Elle a déployé en mai dernier quelque 140 engins sur le sol liégeois. Depuis, deux autres opérateurs (Flash et Trotti) sont venus se rajouter à l’offre montant le parc de free-floating à plus de 400 trottinettes. On comprend mieux qu’au vu de l’offre, elles ont rapidement envahi l’espace urbain au grand dam de certains Liégeois qui sont dérangés par la présence de ces nouveaux engins notamment lorsqu’ils encombrent les trottoirs lors de leur stationnement. Il n’est pas difficile d’imaginer que ce nouveau mode de déplacement facile d’accès, ludique et fun a rapidement séduit les jeunes et les citadins.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


14€/heure ou 2300€/mois : le salaire minimum décent

Par Olivier Flohimont - Secrétaire administratif chargé des études et de la formation ) la Centrale Générale FGTB Liège-Huy-Waremme

En Belgique, le taux de risque de pauvreté ou d’exclusion sociale des travailleurs actifs s’élève officiellement à 6,4%1 . L’indexation automatique des salaires et la centralisation du premier tour des négociations salariales aux niveaux interprofessionnel et fédéral semblent mieux contenir l’accroissement des inégalités qu’ailleurs en Europe et donc limiter le développement d’une classe de travailleurs pauvres… du moins en théorie. En effet, diverses enquêtes montrent que ne pas pouvoir partir en vacances une semaine par an, ne pas pouvoir s’offrir un restaurant ou une séance de cinéma, rogner sur ses dépenses de santé, ne pas être en mesure d’avancer une garantie locative, accumuler les retards de paiement… est le lot d’une frange croissante de travailleurs belges.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Terminer sa carrière en douceur- est-ce encore possible ?

Par Raphaëlla D'Amico - Form'action André Renard

L’âge de la pension recule 65 ans actuellement, 66 le 1er février 2025 pour passer à 67 ans pour celles qui prennent cours le 1er février 2030. Les conditions pour partir à la pension de manière anticipée se sont également renforcées, à partir du 1er janvier 2019 l’âge minimum est de 63 ans et 42 ans de passé professionnel avec deux dérogations pour les longues carrières.

Quelles sont alors les solutions qui s’offrent aux travailleurs pour terminer leur carrière en douceur ?

 

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF


Aller plus loin pour se rapprocher d’une réelle Europe sociale

Par Heinz Evertz - Form'action André Renard et Thilo Janssen, Transform! Europe

À travers des exemples concrets le présent article, publié dans la revue Luxemburg 1/2019, traduit et adapté pour notre publication d’autres repères, propose des pistes de réflexion pour une Europe sociale digne de ce nom. La première piste part des faits : il y a un écart de richesse important entre les pays en Union européenne! En 2018, le produit intérieur brut (PIB) par habitant en Belgique était d'environ 40.000 euros . Avec environ 10000 et 7000 euros des pays comme la Roumanie et la Bulgarie restent loin derrière. Au niveau des salaires, nous allons retrouver les mêmes écarts : alors que les travailleurs au Danemark, un pays où les salaires sont élevés, gagnent en moyenne 25 euros l'heure, les Bulgares gagnent un peu moins de 1,70 euro. Les politiques d’austérité ont encore aggravé les écarts et la division de l'UE : en Grèce, en Italie, au Portugal et en Espagne, le PIB par habitant a diminué durant ces dernières années.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Grandeur et décadence du Web

Par Delphine Dumont - Form'action André Renard

12 mars 1989, au CERN en Suisse, Tim Berners-Lee, physicien et informaticien britannique, dépose sur le bureau de son chef, Mike Sendall, un document intitulé « Gestion de l’information : une proposition ». Un véritable charabia, même aux yeux du directeur. Sans le savoir encore, Tim Berners-Lee vient d’inventer un mécanisme permettant l’échange facile d’informations qui bouleversera littéralement le monde. Son idée? Donner aux chercheurs éparpillés dans les centres de recherches le moyen d’accéder aux informations stockées dans les ordinateurs de chacun. L’ancêtre de ce qui va devenir le web (www) est né ce jour-là. Trente ans plus tard, le web est partout. Quasi invisible tellement il fait partie de notre quotidien. Comment est-ce arrivé et pourquoi ? Comment les pionniers ont-ils vécu cette évolution ? Comment imaginer l’avenir, avec ou sans le web ?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...