Rien que de bonnes nouvelles !
Les groupes de presse en Belgique francophone (2/3): le groupe IPM (Informations et Productions Multimédias)

Les groupes de presse en Belgique francophone (1/3): le groupe Rossel

Par Frédéric TIHON, Form’Action André Renard

Modèle Fred RosselUn passage en librairie tend à montrer une certaine diversité dans le choix d’un journal quotidien francophone. Chez mon libraire, j’ai le choix tous les matins entre sept quotidiens belges francophones, sans compter les journaux flamands et français présents dans une certaine mesure. Mon choix en tant que lecteur d’un quotidien belge francophone peut se porter sur les journaux suivants : L’Echo, Le Soir, La Libre, La Dernière Heure/Les Sports, L’Avenir, La Meuse. Pour cet achat, il m’en coûtera entre 1,30 euro et 2,5 euros. Je peux aussi, si je me déplace en train, me procurer, gratuitement cette fois, Métro, le quotidien disponible notamment dans les halls des gares belges. Huit quotidiens disponibles, « voilà qui laisse penser à une certaine diversité », me direz-vous. On va voir, au travers d’analyses successives des groupes de presse qui se partagent le marché belge francophone, qu’on est assez loin d’un paysage diversifié. En cherchant un peu, on va très vite s’apercevoir que trois groupes de presse se partagent le marché, remettant ainsi en cause cette belle diversité. Ces trois groupes de presse sont Rossel, IPM et Tecteo . Focus sur le premier des trois : le groupe Rossel.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.