La taxe kilométrique, bientôt une réalité à Bruxelles ?

Mobilité : un cas concret pour (essayer d’) avancer

Par Frédéric Tihon - Form'action André Renard

F. est un travailleur du secteur socioculturel actif dans une association d’éducation permanente. Il vit dans un petit village situé à l’ouest de la province de Liège et travaille dans le centre de la cité ardente. Depuis une vingtaine d’années, il utilise son véhicule personnel pour se rendre à son lieu de travail ainsi que là où son emploi lui impose d’être. Cinq jours par semaine, il accomplit les 25 kilomètres de l’allée et les 25 kilomètres du retour seul dans son véhicule. Les problèmes de mobilité –en vingt ans, il a constaté une explosion du nombre de véhicules sur les routes qu’il emprunte- ainsi que les enjeux climatiques et environnementaux l’ont incité à se poser des questions sur sa manière de se déplacer et sur les conséquences que les actes qu’il porte ont sur son environnement direct. La Semaine de la Mobilité (du 16 au 22 septembre en Wallonie et à Bruxelles) et le ramdam médiatique autour des moyens de transport alternatifs à la voiture unique ont achevé de le convaincre. À titre individuel, qu’est-il prêt à faire pour la mobilité et, plus globalement, pour l’environnement et le climat ?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.