Compromis versus compromission

Violences familiales et confinement : un cocktail explosif

Etude de Marie Greffe - Form'action André Renard

Les violences intrafamiliales ne sont pas un phénomène nouveau. Une précédente analyse y avait d’ailleurs été consacrée en 2017 afin de comprendre les différents aspects que recouvre cette problématique qui touche principalement les femmes. La crise sanitaire que nous traversons depuis un an et les différentes mesures prises par le gouvernement afin de tenter de la contrer ont renforcé l’isolement des victimes et ont créé de nouvelles situations de violence. Les mesures de confinement que nous avons connues en mars 2020 et de semi-confinement depuis de nombreux mois maintenant, combinées au recours intensif au télétravail (obligatoire puis conseillé avant de redevenir obligatoire) ont accentué le calvaire des victimes voire ont fait évoluer des situations fragiles vers de la violence.

Dès la mi-mars, plusieurs associations féministes ont lancé un message d’alerte à propos du risque d’aggravation des situations de violences intrafamiliales dans un contexte de confinement. L’isolement face à la société en général, au monde du travail, la présence de la famille dans des lieux parfois exigus, la promiscuité avec le bourreau, les enfants privés d’école présents en permanence au domicile ainsi que le stress lié à la situation ambiante : toutes ces conditions sont autant d’éléments propices au déclenchement de la violence d’un des partenaires.

Cette étude vous intéresse? Lire la suite au format PDF...

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.