Elections législatives de juin 2024 : 485 sièges tendent leurs bras
2030 : vers la fin du CDI en Belgique ?

Les mesures et enjeux de la « réforme » des pensions adoptée en juillet 2023

Par Stéphane Balthazar - Form'action André Renard

Sommés régulièrement par la Commission européenne d’améliorer la trajectoire budgétaire de la Belgique et d’initier des réformes significatives dans des domaines majeurs (fiscalité, pensions, soins de santé, … , marché de l’emploi), les gouvernements au Fédéral de la décennie écoulée se sont contentés systématiquement d’une approche au « pas à pas » principalement en matière de réformes de la fiscalité et des régimes de pensions.

A ce titre, le gouvernement Di Rupo (décembre 2011-octobre 2014) avait relevé les conditions d’accès à la pension anticipée ! La coalition dite « suédoise » emmenée ensuite par Charles Michel (octobre 2014-octobre 2019) avait quant à elle, faut-il le rappeler, reculé l’âge de la retraite pour le porter progressivement à … 67 ans en 2030 ! Et bien que présenté par le Premier ministre Alexander De Croo (Open-VLD) et le PS comme une formidable avancée, en y regardant bien, l’accord arraché in extremis le 10 juillet dernier dans ce domaine particulièrement sensible a une portée plutôt marginale. De plus, cet accord est intervenu très tard. Trop tard. Car à dix mois de la fin de la législature 2019-2024, il ne reste manifestement plus de temps aux partis de la majorité au Fédéral pour prendre davantage de mesures de réforme plus amitieuses dans ce domaine.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.