La réduction collective du temps de travail. Pourquoi et comment ?

Par Bernard Bolly, directeur de la Form’action André Renard

RcttWEBDepuis quelques mois, l’idée de réduction collective du temps de travail (RCTT), sans perte de salaire et avec embauche compensatoire est revenue dans l’actualité. Des syndicats d’une part - tout particulièrement l’Interrégionale wallonne de la FGTB - mais également d’autre part, des universitaires éminents tels que Pierre Larrouturou ou Mateo Alaluf ont repris cette proposition comme l’une des solutions possibles au problème endémique de chômage structurel qui caractérise les économies des pays d’Europe occidentale. La FGTB Liège-Huy-Waremme avait elle-même organisé un important colloque sur ce thème en 2016.

 

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


L’économie belge figure parmi les mauvais élèves de l’Union européenne. Ou l’échec cuisant des politiques économiques et budgétaires menées par la majorité « suédoise ».

Par Stéphane BALTHAZAR, Conseiller économique (FAR asbl)

BudgétaireWEBLe Gouvernement fédéral dit « suédoise », emmené par le premier ministre Charles Michel (MR), ne cesse de se féliciter des progrès substantiels qu'il aurait réalisés depuis son installation en octobre 2014. Notamment sur les terrains socio-économiques. Or, un peu plus de trois ans après avoir renvoyé les socialistes sur les bancs de l’opposition au Fédéral, et embarqué la N-VA dans une majorité constituée de formations politiques ancrées nettement à droite, force est de constater que les résultats de cette coalition s’avèrent particulièrement médiocres et sont donc peu rassurants.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Pourquoi un salaire minimum à 14€ ?

Par Olivier Flohimont, Secrétaire administratif chargé des études & de la formation à la Centrale Générale de la FGTB Liège-Huy-Waremme

14WEBEn 2014, un salarié occupé à temps plein dans une entreprise de 10 travailleurs et plus gagnait en moyenne 3.476 euros bruts par mois. Cependant, la moitié des travailleurs à temps plein gagnait moins de 2.976 euros ou 18,07 euros de l’heure (primes mensuelles ordinaires comprises). La moyenne est largement tirée vers le haut par les plus gros salaires. En effet, au bas de l’échelle salariale, 10 % des travailleurs à temps plein ont reçu moins de 2.220 euros bruts tandis qu’à l’autre extrémité, 10 % des salariés ont gagné au moins 5.178 euros.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Les salaires belges trop élevés ? Une blague !

Par Olivier Flohimont, Secrétaire administratif chargé des études & de la formation à la Centrale Générale de la FGTB Liège-Huy-Waremme

Comptabilite-masse-salarialeWEB
Entre 1995 et 2014, la masse salariale déboursée par les sociétés privées a bondi de 78 à 148 milliards d’euros, selon les données de la comptabilité nationale belge. Soit une hausse de 90% en 20 ans. Sur ce simple constat, certains sont tentés d’expliquer que le coût du travail a trop fortement augmenté et qu’il faut absolument prendre des mesures pour restaurer la compétitivité des entreprises. Ce raisonnement ne tient pas la route. Sans même aborder l’avantage comparatif de la Belgique en termes de productivité, nous allons vous montrer une tout autre réalité.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Pour un véritable plein-emploi : pas celui de Peeters (ou Merkel), celui de Beveridge !

Par Frédéric Tihon, Form’action André Renard

BeveridgeWEBAu début du mois de juillet, le ministre fédéral de l’Emploi Kris Peeters (CD&V) a estimé que la Belgique devait avoir l’ambition du plein-emploi. Comme le fit avant lui la chancelière allemande Angela Merkel, Kris Peeters affirme que viser le plein-emploi à l’horizon 2025 n’est pas une utopie. Pour atteindre cet objectif ambitieux, il faudrait amener le taux de chômage à 3%, un chiffre qui correspond à la définition du plein-emploi. Au premier trimestre 2017, le taux de chômage belge se monte à 7,6% et, selon les estimations du Bureau de Plan, il devrait baisser à 6,6% en 2018.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Numérisation : Un emploi wallon sur deux est menacé de disparition… Vraiment ?

Par Frédéric Tihon, Form'Action André Renard

NumerisationWEBA la fin du mois juin, on a pu lire dans la presse quotidienne que la digitalisation de l’emploi allait entraîner, en Wallonie, la perte d’un emploi sur deux d’ici une à deux décennies. Ce qui correspond à plus ou moins 564.000 emplois. Un constat pour le moins effrayant qu’il faut néanmoins prendre avec toutes les précautions d’usage…

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


La liberté de la presse: entre mirage et utopie

Par Delphine Dumont - Form'Action André Renard

PresseWEBBeaucoup de participants de la formation organisée par la Form’action André Renard se posaient la question de la liberté de la presse. Aujourd’hui, les journaux papier appartiennent à de grands groupes dont l’objectif premier est de “faire du fric”. Comment dans un tel contexte, les journalistes peuvent-ils encore faire leur travail? Peuvent-ils tout dire, y a-t-il de la censure?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


ONU/l’Arabie saoudite : la Belgique complice par omission

Par Marie Greffe, 6com.be (Form’action André Renard )

OnuasWEBFin avril, l’Arabie saoudite a obtenu le feu vert, pour les quatre ans à venir (2018-2022), par vote secret de 45 des 57 Etats membres du Conseil économique et social des Nations Unies, d’intégrer la Commission des droits des femmes de l’ONU. La nomination de Riyad au sein de cet organe censé s’investir dans la « promotion de l’égalité hommes-femmes et l’autonomisation des femmes » a de quoi surprendre. En effet, le régime salafiste en application dans le pays n’est pas ce que l’on peut appeler un exemple de démocratie appliquée envers la condition féminine. L’Arabie saoudite est en effet connue pour sa pratique d’un islam rigoriste, régi par la notion du « wali al-amr », soit un règlement qui fait en sorte que les femmes doivent se soumettre à la tutelle d’un homme.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


L’Union européenne est en crise et n’a pas d’autre choix que se transformer en profondeur. Ou mourir ?

Stéphane BALTHAZAR, économiste à la FAR asbl

EuropeWEBDepuis plusieurs années, l’Union européenne (UE) fait face à un nombre de chocs et crises sans précédent qui suscitent une inquiétude croissante parmi la population des pays de l’UE (mais également hors Europe). Et qui menacent significativement les valeurs et principes fondamentaux qui ont inspiré ses « pères » fondateurs, à savoir: l’instauration et le maintien d’une paix durable entre les pays du Vieux continent ; la mise en place et la promotion de processus et mécanismes garantissant la démocratie participative (basée sur le suffrage universel) et les libertés humaines fondamentales ; l’amélioration continue du bien-être des populations en se basant sur des politiques économiques mixtes, cherchant un équilibre acceptable entre le libre-échange commercial et le développement de programmes et services publics ambitieux (on parle d’État-Providence) ; … ; ou encore, la coopération croissante des États sur les terrains de l’économie, de la recherche scientifique, de la justice, de la sécurité et la défense. Une approche qui fait sens et qui avait trouvé un écho tout particulier auprès des populations européennes meurtries, au lendemain de 1945, par le conflit armé le plus dévastateur de l’histoire récente.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...