Élections sociales 2024 : ce qu’il faut savoir sur les fameuses « UTE »

Par Marie Demarche - Form'action André Renard

Alors qu’approche le retentissement des cloches annonçant Noël, un autre calendrier que celui de l’avent commence à préoccuper le monde du travail… celui des élections sociales. Cette année, la procédure a démarré le 15 décembre, premier jour possible de la première date utile du calendrier, à savoir le X-60.

C’est une date cruciale pour tout le reste de la procédure. Ce X-60 est le jour limite où l’employeur doit fournir toute une série d’informations, dont celles nécessaires à la détermination des unités techniques d’exploitation.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...

 


Si l’employeur le fait exprès, qu’il casque…

Par Heinz Evertz - Form'action André Renard

La notion de faute intentionnelle comme levier juridique pour améliorer la prévention des maladies professionnelles en entreprise ? Une approche syndicale du jugement Eternit.

Cela fait plus de cent ans qu’on le sait, l’amiante est une substance très dangereuse. L’inhalation de fibres d’amiante peut provoquer une asbestose et différents types de cancers, dont le mésothéliome, le cancer du poumon, le cancer du larynx et le cancer des ovaires.

Les risques de contracter ces maladies augmentent avec le nombre de fibres inhalées et il n’y a pas de niveau d’exposition en dessous duquel il n’y aurait pas d’effet néfaste sur la santé. Dans la plupart des cas, les symptômes ne se développent qu’après une longue période de latence de 20 à 40 ans, ce qui fait dire aux experts que l’amiante est comme une bombe à retardement. La communauté médicale est consciente des effets néfastes de cette substance depuis le début du XXe siècle, lorsque les premiers cas de mortalité liés à l’amiante ont été diagnostiqués et documentés.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


2030 : vers la fin du CDI en Belgique ?

Par Sandrine Bréda - Form'action André Renard

Pénuries de main d’œuvre, maladies longue durée, émergence de l’intelligence artificielle ou perte totale de sens : le monde du travail fait face aujourd’hui à de nombreux défis. A quoi ressemblera la vie professionnelle des Belges d’ici 2030 ? C’est ce que tente de dévoiler le réalisateur Guillaume Denil à travers son reportage[1] monitoré par Laurent Mathieu qui part à la découverte des jeunes mais également des travailleurs chevronnés qui ont décidé de se reconvertir radicalement, de dédier moins de temps au travail et plus au sens de leur vie, voir qui ont pris le parti de ne plus travailler du tout. Dans la mesure où l’adhésion à l’entreprise n’est plus une évidence ni pour les jeunes ni pour les salariés qualifiés, aujourd’hui, 2/3 des entreprises en Belgique peinent à trouver des profils adéquats pour leurs postes vacants. Que faire pour attirer ces précieux candidats mais surtout comment les garder ? Leurs attentes divergent-elles vraiment selon leur âge ?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...

 


Les mesures et enjeux de la « réforme » des pensions adoptée en juillet 2023

Par Stéphane Balthazar - Form'action André Renard

Sommés régulièrement par la Commission européenne d’améliorer la trajectoire budgétaire de la Belgique et d’initier des réformes significatives dans des domaines majeurs (fiscalité, pensions, soins de santé, … , marché de l’emploi), les gouvernements au Fédéral de la décennie écoulée se sont contentés systématiquement d’une approche au « pas à pas » principalement en matière de réformes de la fiscalité et des régimes de pensions.

A ce titre, le gouvernement Di Rupo (décembre 2011-octobre 2014) avait relevé les conditions d’accès à la pension anticipée ! La coalition dite « suédoise » emmenée ensuite par Charles Michel (octobre 2014-octobre 2019) avait quant à elle, faut-il le rappeler, reculé l’âge de la retraite pour le porter progressivement à … 67 ans en 2030 ! Et bien que présenté par le Premier ministre Alexander De Croo (Open-VLD) et le PS comme une formidable avancée, en y regardant bien, l’accord arraché in extremis le 10 juillet dernier dans ce domaine particulièrement sensible a une portée plutôt marginale. De plus, cet accord est intervenu très tard. Trop tard. Car à dix mois de la fin de la législature 2019-2024, il ne reste manifestement plus de temps aux partis de la majorité au Fédéral pour prendre davantage de mesures de réforme plus amitieuses dans ce domaine.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Taux d’emploi : et que pense-t-on d’une (véritable) réduction du temps de travail, avec embauche compensatoire ?

Par Frédéric Tihon - Form'action André Renard

Dans une analyse récente, nous avons démonté le slogan de la droite faisant d’un taux d’emploi à 80% en 2030 la solution à toutes nos difficultés budgétaires. Parce qu’un taux d’emploi à 80% en 2030, ça signifie créer 550.000 emplois d’ici là alors que la Belgique ne compte que 270.000 chômeurs et ne propose que 190.000 emplois. Au-delà des chômeurs, il faudrait donc trouver des travailleurs potentiels dans d’autres catégories de la population (les malades de longue durée, les prépensionnés…). Et, il faudrait aussi créer 360.000 emplois nouveaux en sus des 190.000 emplois disponibles. Voilà pourquoi ça semble être « mission impossible ».

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


L’impact de la hausse des températures et du changement climatique sur le monde du travail

Par Heinz Evertz - Form'action André Renard

Un rapport de l’Eurogip consacré au travail par forte chaleur et canicule, dont nous recommandons fortement la lecture, a servi de base à cet article sur l’impact des conséquences du changement climatique sur le monde du travail. Les vagues de chaleur, considérées comme des phénomènes rares dans le passé, sont aujourd’hui une réalité sur le continent européen et dans le monde entier, entraînant des effets néfastes pour la santé humaine, l’agriculture, les écosystèmes et les infrastructures.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Amiante : une bombe à retardement à désamorcer

Par Tony Musu, ETUI

L’amiante est interdit dans l’Union européenne depuis 2005 mais cette substance cancérogène est encore présente dans des millions de bâtiments à travers l’Europe et elle représente toujours une menace considérable pour la santé des travailleurs et de la population. Les premiers y sont particulièrement exposés lorsqu’ils interviennent ou travaillent dans des bâtiments contenant des matériaux amiantés, et le risque ne va qu’en s’amplifiant avec leur détérioration progressive. Crise climatique oblige, l’Union européenne s’est engagée récemment dans un vaste plan de rénovation énergétique des bâtiments. Si l’on veut éviter une nouvelle vague de victimes qui va toucher des générations supplémentaires, la question du désamiantage doit être prise à bras-le- corps par les autorités européennes et nationales.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


La législation en matière de maladies professionnelles en Belgique ( de 1830 à nos jours)

Etude de Mehdi El Mekeddem, Stagiaire à la Form'action André Renard

En Belgique, bien que des initiatives aient été prises dès le XIXème siècle pour aider les travailleurs victimes de maladies liées au travail, souvent sous forme de caisses d’assurance privées et volontaires, il faudra tout de même attendre le 24 juillet 1927 pour que la législation prévoie un cadre particulier aux maladies professionnelles. Pourtant, l’indemnisation de ces maladies est un rouage important de notre système de sécurité sociale. Cette indemnisation est la garantie d’un certain niveau de revenus aux victimes et offre une visibilité aux problèmes de santé liés au travail. Ce système est la conséquence d’une riche histoire de près d’un siècle.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Un taux d’emploi à 80% d’ici à 2030 : C’est comme devenir un (bon) militaire en une semaine d’entraînement intensif !

Par Frédéric Tihon - Form'action André Renard

Dans nos pays européens, la question de l’emploi demeure un enjeu politique central. Et la Belgique ne fait évidemment pas exception. Plusieurs formations politiques y ont récemment pointé leur(s) priorité(s) actuelles et à venir sur la question. Certains ont mis en avant leur volonté de limiter dans le temps le versement d’une allocation de chômage : ce sera « deux ans » , notamment pour le Vooruit de Conner Rousseau, version « moderne » du parti socialiste flamand. D’autres ont défendu l’idée d’une différence plus marquée, financièrement parlant entre celles et ceux qui travaillent et celles et ceux qui ne travaillent : ça doit être « au moins 500 € par mois » pour l’Open VLD, le parti de l’actuel Premier ministre Alexander De Croo.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF ...


Conflit social chez Delhaize : atteinte au droit de grève ?

Par Mehdi El Mekeddem - Stagiaire FAR

La récente annonce de la direction de Delhaize de transformer ses 128 magasins intégrés en franchises a engendré une série de tensions grandissantes entre les syndicats et la direction. Selon Delhaize, la franchisation représente la seule voie vers un avenir durable, les magasins affiliés étant réputés plus rentables et dynamiques que les magasins en gestion directe. Cependant, cette rentabilité accrue ne peut être atteinte qu'au prix de mesures telles que la réduction du personnel, la baisse des salaires, la flexibilisation de l'emploi et la décentralisation des négociations salariales.

Les salaires dans les magasins franchisés sont inférieurs de 25% à ceux des magasins intégrés, sans même prendre en compte la perte d'avantages extralégaux . De plus, les franchises ont davantage recours à des formes de sous-emploi, offrant moins de protection aux employés et réduisant leur participation à la Sécurité Sociale. Depuis l'annonce ferme de la direction, qui reste campée sur ses positions, les syndicats ont déclaré poursuivre la grève et intensifier les actions dans les dépôts Delhaize, afin d'accroître la pression sur l'entreprise contre la franchisation.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...