Santé : les objets connectés de plus en plus à la mode, mais où vont nos données ?

Par Marie Greffe, Form'action André Renard

ObjetWEBNous vivons dans un monde de plus en plus informatisé où nous nous laissons de plus en plus séduire par les systèmes de connectivités proposés par de grands groupes commerciaux. Les montres connectées, les smartphones, les TV connectées, etc. Si ces outils de communication posent de nombreux problèmes en ce qui concernent les données collectées, rien ne nous empêche de nous en passer. Depuis quelques années, au vu de l’intérêt grandissant des citoyens d’avoir une meilleure santé, ces mêmes groupes et d’autres ont développé des outils au service de la santé. Comme nous l’analyseront au cours de plusieurs analyses, ces développements notamment dans l’e-santé posent de nombreuses questions. Il faut dire que tant l’Etat que les individus se laisse de plus en plus séduire par ces nouvelles technologies qui semblent facile d’accès et plus efficaces que jamais.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Les journalistes dans le service public sont-ils plus libres qu’ailleurs? Qui servent-ils vraiment ?

Par Delphine Dumont, Form’action André Renard

MicroWEBDans un précédent article de D’autres Repères, nous nous sommes interrogés sur la liberté de la presse . Avec l’aide de Michel Gretry, journaliste à la RTBF, nous avons essayé de comprendre comment le journaliste travaille aujourd’hui et de quelle marche de manœuvre il dispose pour accomplir sa mission d’information. Nous avons vu qu’il ne peut pas dire tout ce qu’il veut, notamment parce que l’organe de presse dans lequel il travaille est pieds et poings liés avec des entreprises qui le financent et qui exercent parfois une forme de censure. De là, nous en avons conclu que le journaliste n’était ni libre, ni indépendant. Qu’en est-il des journalistes engagé par le service public. Subissent-ils la même pression, sachant que l’ambition d’un service public n’est pas de faire du fric ! Sont-ils plus libres d’informer ? Sont-ils plus indépendants? On trouverait ça plutôt “logique”, non ? Toujours avec le journaliste Michel Gretry, voyons comment il vit son métier à la RTBF.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Numérisation : Un emploi wallon sur deux est menacé de disparition… Vraiment ?

Par Frédéric Tihon, Form'Action André Renard

NumerisationWEBA la fin du mois juin, on a pu lire dans la presse quotidienne que la digitalisation de l’emploi allait entraîner, en Wallonie, la perte d’un emploi sur deux d’ici une à deux décennies. Ce qui correspond à plus ou moins 564.000 emplois. Un constat pour le moins effrayant qu’il faut néanmoins prendre avec toutes les précautions d’usage…

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


La liberté de la presse: entre mirage et utopie

Par Delphine Dumont - Form'Action André Renard

PresseWEBBeaucoup de participants de la formation organisée par la Form’action André Renard se posaient la question de la liberté de la presse. Aujourd’hui, les journaux papier appartiennent à de grands groupes dont l’objectif premier est de “faire du fric”. Comment dans un tel contexte, les journalistes peuvent-ils encore faire leur travail? Peuvent-ils tout dire, y a-t-il de la censure?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Google : un simple moteur de recherche gratuit?

Delphine DUMONT, Form’Action André Renard

GoogledelWEBDans la première partie de notre article consacré à Google (“Google sait tout de nous. Que savons-nous de lui”), nous avons vu comment à partir d’une petite start-up, Larry Page et Sergey Brin, les papas de Google, ont construit un empire. Nous avons analysé la manière dont cette entreprise s’est immiscée dans la vie des internautes sans faire de bruit et comment elle s’est rendue indispensable. Aujourd’hui Google n’est plus seulement un moteur de recherche. Au fur et à mesure du temps, la société a développé des services supplémentaires et gratuits. Gratuits ? Le sont-ils vraiment ? Si Page et Brin sont des génies de l’informatique, ils ne sont pas en reste dans le domaine financier. Quels sont ces nouveaux services ? Comment sont-ils financés. Et que fait Google des données qu’elle reçoit de ses utilisateurs ?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Google sait tout de nous. Que savons-nous de lui ?

Delphine DUMONT, Form’Action André Renard

GoogleWEB
Internet a révolutionné notre mode de vie. Cet ensemble de réseaux interconnectés et tous les services qui en découlent sont incontournables. A l’instar de la révolution industrielle, ce que nous avons appelé dans un précédent article de D’Autres Repères « la révolution technologique » a modifié notre manière de communiquer, de travailler et de consommer. Aujourd’hui, on pourrait difficilement se passer de lui. Il est un outil de travail, de relations sociales, d’échanges commerciaux, etc. Son utilisation est diverse et quotidienne.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Les groupes de presse en Belgique francophone (3/3): le groupe Nethys (ex-Tecteo)

Frédéric Tihon, Form’action André Renard.

TecteoWEBDans deux analyses précédentes , nous avions montré le poids respectif des groupes de presse Rossel et IPM dans le paysage des quotidiens belges francophones. Nous avions aussi montré leur implication dans d’autres secteurs, comme la presse étrangère et magazine, l’audiovisuel, l’immobilier, les paris sportifs… Pour boucler la boucle, nous vous présentons dans cette analyse, le troisième groupe de presse en Belgique francophone : Les Éditions de l’Avenir. Lesquelles sont détenues depuis le mois d’avril 2014 par le groupe Nethys, mieux connu sous son ancienne dénomination : Tecteo. Les Éditions de l’Avenir, éditeur des neuf éditions du groupe (L’Avenir Brabant wallon, L’Avenir Huy-Waremme, L’Avenir Verviers, L’Avenir Luxembourg, L’Avenir Namur/Dinant, L’Avenir entre Sambre-et-Meuse, L’Avenir Basse-Sambre, L’Avenir Tournai, L’Avenir Mouscron) vendent quotidiennement plus de 80.000 journaux en Belgique francophone, soit un petit quart du marché. Les Éditions de l’Avenir sont aussi l’éditeur qui a le plus changé de propriétaire au cours des dernières décennies.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Médor : informer et produire de l’information autrement

Par Frédéric Tihon, Form’action André Renard

MedorWEBLe 20 novembre prochain, le nouveau trimestriel belge francophone « Médor » sortira de presse. Il se présente comme un trimestriel belge et coopératif d'enquêtes et de récits. Médor c’est surtout une façon différente de concevoir le journalisme et l’entreprise de presse. Pour en savoir plus, nous sommes allés à la rencontre d’un Médorien, un des fondateurs du nouveau trimestriel, en la personne de Quentin Noirfalisse. Jeune journaliste indépendant de 29 ans, il s’est lancé « à fond » dans l’aventure Médor.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Les groupes de presse en Belgique francophone (2/3): le groupe IPM (Informations et Productions Multimédias)

Par Frédéric TIHON, Form’Action André Renard

Modèle Fred IPMDans une précédente analyse , nous avions commencé à démontrer le peu de diversité de la presse quotidienne francophone. En nous penchant sur les activités du premier groupe de presse en Belgique francophone, le groupe Rossel, nous avions démontré son emprise sur le secteur de la presse quotidienne, à travers sa présence dans quatre quotidiens : Le Soir, SudPresse (La Meuse, Capitale, La Nouvelle Gazette…), L’Echo et Metro. Nous avions aussi détaillé les activités « satellitaires » du groupe Rossel : la télévision, la radio, la presse magazine, le toutes-boites, les nouveaux médias, sans oublier l’ancrage international du groupe à travers sa présence dans des quotidiens du nord de la France. Dans cette analyse, nous nous pencherons sur le deuxième groupe de presse en Belgique francophone : le groupe IPM. Lequel est aussi un acteur important de la presse quotidienne et, plus largement, un acteur essentiel du paysage médiatique francophone.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Les groupes de presse en Belgique francophone (1/3): le groupe Rossel

Par Frédéric TIHON, Form’Action André Renard

Modèle Fred RosselUn passage en librairie tend à montrer une certaine diversité dans le choix d’un journal quotidien francophone. Chez mon libraire, j’ai le choix tous les matins entre sept quotidiens belges francophones, sans compter les journaux flamands et français présents dans une certaine mesure. Mon choix en tant que lecteur d’un quotidien belge francophone peut se porter sur les journaux suivants : L’Echo, Le Soir, La Libre, La Dernière Heure/Les Sports, L’Avenir, La Meuse. Pour cet achat, il m’en coûtera entre 1,30 euro et 2,5 euros. Je peux aussi, si je me déplace en train, me procurer, gratuitement cette fois, Métro, le quotidien disponible notamment dans les halls des gares belges. Huit quotidiens disponibles, « voilà qui laisse penser à une certaine diversité », me direz-vous. On va voir, au travers d’analyses successives des groupes de presse qui se partagent le marché belge francophone, qu’on est assez loin d’un paysage diversifié. En cherchant un peu, on va très vite s’apercevoir que trois groupes de presse se partagent le marché, remettant ainsi en cause cette belle diversité. Ces trois groupes de presse sont Rossel, IPM et Tecteo . Focus sur le premier des trois : le groupe Rossel.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...