Elections législatives de juin 2024 : 485 sièges tendent leurs bras

Par Fabrice Jacquemart - Form'action André Renard

2024 sera donc une année électorale comme il y en a rarement eu. Outre les élections sociales, en avril-mai selon les lieux, qui concernent les entreprises où seront désignés les représentants des organisations syndicales, il y aura des élections dites législatives pour les parlements des Régions, de l’Etat fédéral et de l’Europe, et cela le 9 juin. Enfin, à l’automne, le 13 octobre, se dérouleront les élections communales et provinciales.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


L’infocratie, tueuse de la démocratie

Par Fabrice Jacquemart - Directeur Form'action André Renard

Ce qu’on appelle la révolution numérique n’est-elle qu’une nouvelle étape de la soumission de l’homme ? Et le mécanisme en sera-t-il le remplacement de la démocratie par un nouveau régime, « l’infocratie » ? C’est la thèse principale du récent ouvrage du philosophe allemand Byung-Chul Han.

C’est un avertissement plutôt glaçant. Dans un monde qui semble politiquement et socialement au début d’un tournant en épingle à cheveux, les annonces de cataclysme imminent sont légion. Celle-ci pourrait n’en être qu’une de plus. Sauf qu’elle démontre que ce qui se démonte ces temps-ci, ce ne sont rien moins que les fondements de notre pensée occidentale et, partant, de nos régimes politiques. Que cette déglingue pourrait être inéluctable. Et promise à durer, puisque l’homme se dissoudrait dans les données…

Autrefois, jusqu’il y a peu en tout cas, il y avait le régime disciplinaire, mis en place pour installer solidement la domination du capitalisme industriel. L’homme est étroitement surveillé, isolé, soumis à des réglementations précises et finalement simple rouage d’une machine. A son corps défendant ou plutôt, devrait-on dire, à son corps acceptant. Politiquement, le capitalisme industriel s’est accommodé de la démocratie sous sa forme classique articulée sur le discours, à savoir l’art d’agencer les arguments et de les opposer en joutes contradictoires qui s’expriment dans les assemblées parlementaires, les livres, les gazettes qui deviennent des journaux aux tirages de plus en plus importants.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Le Pacte d’excellence : une année sous l’égide de la transition

Par Marie Greffe - Form'action André Renard

Née en 2014, la refonte de l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles a évolué au gré des consultations, des réflexions et autres échanges. Initiée par la ministre CDH de l’époque Joëlle Milquet, c’est la ministre CDH Marie-Martine Schyns qui la mettra en application avec les premières mesures effectives à la rentrée de septembre 2017 sous la forme du « Pacte d’excellence » dans l’enseignement obligatoire en Fédération Wallonie-Bruxelles. Afin d’assurer la continuité du travail accompli, en 2019, le nouveau gouvernement et la ministre PS Caroline Désir reprendront la feuille de route comme trame pour poursuivre le travail en faveur d’un enseignement de qualité, d’une amélioration des résultats des élèves et afin de réduire l’iniquité tout en optimisant les moyens financiers.

La pandémie mondiale liée au coronavirus mettra néanmoins un frein aux volontés de la ministre puisque les écoles subiront de plein fouet l’épidémie avec pour rappel des fermetures et réouvertures sous conditions. Quoiqu’il en soit au sortir de la crise, la ministre socialiste s’est attelée à reprendre la programmation du Pacte d’excellence.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Le nouveau souffle de l’industrie chimique belge

Par Andréa Della Vecchia - Secrétaire fédéral Centrale Générale FGTB

« Le prix de l’électricité en Belgique est l’un des plus élevés au monde ». Cette affirmation émane de Febeliec, organisation patronale des industries consommatrices d’électricité et de gaz. Selon ce groupement d’employeurs, « des investissements futurs sont reportés ou déplacés vers d'autres pays » suite à la perte de compétitivité des industries implantées en Belgique. Face à de telles déclarations, il apparaît nécessaire de clarifier la position de notre pays par rapport à ses trois principaux partenaires et concurrents européens que sont l’Allemagne, la France et les Pays-Bas : l’électricité et le gaz sont-ils plus chers chez nous pour les entreprises ? En outre, en matière de compétitivité, le débat ne peut pas résumer au seul facteur énergie. A ce propos, notre pays tient le haut du classement en matière de subventions salariales et la productivité des travailleurs atteint des sommets dans l’industrie chimique belge. Mais plus fondamentalement, quel nouveau souffle recherchons-nous pour les activités chimiques ? Resterons-nous nostalgiques des énergies polluantes bon marché ou entrerons-nous pleinement en transition en plaçant les travailleurs au cœur des solutions ?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Juin 2023 : un mois record en termes de faillites

Par Sandrine Bréda - Form'action André Renard

En juin 2023, conformément aux données récoltées par Statbel , les tribunaux de l’entreprise ont enregistré une augmentation de plus de 26% du nombre de faillites en un mois seulement. Cette progression amène ainsi le seuil à 1.092 faillites comptabilisées par les instances en juin, contre 864 en mai. Ce qui signifie qu’à la fin du premier semestre de 2023, Statbel statue sur un total de 5.317 faillites : soit une croissance de 7,4% par rapport à 2022.

Le tableau des données rassemblées par l’office belge de statistiques démontre clairement que les diverses crises, subies par les entreprises belges ces dernières années, ont eu un impact considérable au niveau opérationnel, mais surtout au niveau financier. Qui plus est, près de la moitié des faillites comptabilisées sur les six premiers mois de 2023 concernent des entreprises de moins de 5 ans. Il convient également de préciser, lors de l’interprétation des chiffres, qu’il existe un certain délai entre la cessation de l’activité économique et la déclaration de faillite par le tribunal de l’entreprise : l’impact d’un point de vue économique est ainsi reporté.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


À bout de souffle, le gouvernement fédéral doit s’accorder sur un budget 2024 avant la mi-octobre. Un sacré challenge !

Par Stéphane Balthazar - Form'action André Renard

Composée de sept partis aux lignes politiques souvent très éloignées1, et déforcée par les crises internes à répétition depuis son entrée en exercice le 1er octobre 20202, la majorité fédérale emmenée par le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) tente de valoriser aujourd’hui son bilan après trois années de plein exercice. Et de convaincre l’opinion publique que la Vivaldi était une bonne idée. Surtout en Flandre où le Premier ministre reste populaire mais où son parti, lui, ne cesse de « perdre des plumes » au fil des scrutins.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


La loi « anti casseurs » : garantie du droit de manifester ou fumisterie ? Petite histoire d’une loi annoncée

Par Marie Demarche - Form'action André Renard

S’il y a bien une loi qui a fait parler d’elle ces derniers temps, c’est bien la loi dite « anti casseurs ». Entre les syndicats qu’on accuse de crier au scandale plus vite que leur ombre et le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD) qui tente de rassurer ses ouailles en vantant un texte tout à fait inoffensif pour les citoyens modèles, qui a raison ?

Avant d’aborder le contenu du célèbre projet, voici un petit cours accéléré sur les peines, afin de comprendre de quoi on parle. Il existe trois degrés de peine dans notre Code pénal : les criminelles (pour les infractions jugées les plus graves que sont les crimes), les correctionnelles (pour les infractions un peu moins graves que sont les délits) et enfin les peines de police (pour les infractions les moins graves que sont les contraventions).

Ce texte vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Taux d’emploi : et que pense-t-on d’une (véritable) réduction du temps de travail, avec embauche compensatoire ?

Par Frédéric Tihon - Form'action André Renard

Dans une analyse récente, nous avons démonté le slogan de la droite faisant d’un taux d’emploi à 80% en 2030 la solution à toutes nos difficultés budgétaires. Parce qu’un taux d’emploi à 80% en 2030, ça signifie créer 550.000 emplois d’ici là alors que la Belgique ne compte que 270.000 chômeurs et ne propose que 190.000 emplois. Au-delà des chômeurs, il faudrait donc trouver des travailleurs potentiels dans d’autres catégories de la population (les malades de longue durée, les prépensionnés…). Et, il faudrait aussi créer 360.000 emplois nouveaux en sus des 190.000 emplois disponibles. Voilà pourquoi ça semble être « mission impossible ».

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


L’impact de la hausse des températures et du changement climatique sur le monde du travail

Par Heinz Evertz - Form'action André Renard

Un rapport de l’Eurogip consacré au travail par forte chaleur et canicule, dont nous recommandons fortement la lecture, a servi de base à cet article sur l’impact des conséquences du changement climatique sur le monde du travail. Les vagues de chaleur, considérées comme des phénomènes rares dans le passé, sont aujourd’hui une réalité sur le continent européen et dans le monde entier, entraînant des effets néfastes pour la santé humaine, l’agriculture, les écosystèmes et les infrastructures.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Amiante : une bombe à retardement à désamorcer

Par Tony Musu, ETUI

L’amiante est interdit dans l’Union européenne depuis 2005 mais cette substance cancérogène est encore présente dans des millions de bâtiments à travers l’Europe et elle représente toujours une menace considérable pour la santé des travailleurs et de la population. Les premiers y sont particulièrement exposés lorsqu’ils interviennent ou travaillent dans des bâtiments contenant des matériaux amiantés, et le risque ne va qu’en s’amplifiant avec leur détérioration progressive. Crise climatique oblige, l’Union européenne s’est engagée récemment dans un vaste plan de rénovation énergétique des bâtiments. Si l’on veut éviter une nouvelle vague de victimes qui va toucher des générations supplémentaires, la question du désamiantage doit être prise à bras-le- corps par les autorités européennes et nationales.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...