Jobs étudiants : chute attendue pour cet été

Par Marie Greffe - Form'action André Renard

Personne n’a été épargné par la crise liée au Coronavirus. Au sein des victimes de cette crise planétaire, il semble intéressant d’étudier le cas particulier des étudiants. Qui dit étudiant, dit scolarité, mais dit aussi, pour nombre d’entre eux, travail étudiant afin de subvenir à leurs dépenses journalières et/ou occasionnelles.

Le 13 mars dernier, les mesures gouvernementales de fermeture de l’Horeca puis quelques jours plus tard de tous les commerces non alimentaires ont privé beaucoup d’étudiants de leur job. Les laissant sans ressource pour payer leur kot, leur nourriture ou encore leurs études. Problématique d’autant plus importante pour ceux qui ne pouvaient plus compter sur le support financier de leurs propres parents ayant été mis au chômage temporaire.

La plupart des étudiants jobistes ayant perdu leur emploi pour cause de confinement, n’avaient droit à aucun revenu de remplacement (exit donc le chômage temporaire). En cas de grandes difficultés, les seules options s’offrant à eux étant les aides sociales de leur université ou Haute Ecole ou encore le CPAS de leur commune.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


L’allocation de chômage temporaire ne suffit pas

Par Andréa Della Vecchia, Secrétaire Fédéral de la Centrale Générale FGTB

Le chômage temporaire pour cause de force majeure « corona » est prolongé jusqu’au 31 août 2020 inclus. C’est, entre autres, ce qui a été convenu entre les interlocuteurs sociaux fédéraux et interprofessionnels le 28 mai dernier. Cette prolongation suffit-elle pour autant pour clôturer la réflexion sur ce revenu de remplacement ? Depuis que nous vivons avec la réalité du coronavirus, il devient de plus en plus clair qu’à la crise sanitaire s’ajoutent des conséquences sociales pour les travailleurs. Dans pareilles circonstances, notre système de protection sociale est logiquement sollicité : les revenus de remplacement et les compléments de revenus doivent permettre aux travailleurs de faire face à cet « aléa de la vie ». Ces allocations suffisent-elles pour autant pour ne pas tomber dans la précarité financière ? Pour pouvoir partiellement répondre à cette question, nous nous pencherons sur le chômage temporaire car cette allocation sociale a été spécifiquement adaptée (augmentation du pourcentage, adoubé d’une indemnité complémentaire,…) et connaît un franc succès. De manière chiffrée, nous nous attarderons aussi sur les différences entre le salaire net habituellement perçu par un travailleur donné et son allocation de chômage de temporaire.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Une rentrée pas comme les autres en mai? En juin, fais ce qu’il te plaît ?

Par Marie Greffe - Form'action André Renard

Le 18 mai dernier, quelques 120.000 élèves de la fin du secondaire et du primaire étaient invités à reprendre le chemin de l’école en pleine phase de déconfinement en Belgique. Ce retour à l’école pour les 6e et 7e secondaire et pour les 6e primaire a suscité beaucoup de débat tant au sein du corps enseignant que du côté des parents. Les avis étaient partagés entre l’utilité de faire retourner ces jeunes enfants et adolescent sur les bancs de l’école quelques heures par semaine alors que la menace du Covid-19 plane toujours dans notre pays. La question pour les parents était de faire la balance entre les risques pour la santé de leur enfant au vu des conditions sanitaires mises en place dans l’établissement scolaire, l’importance de finir des parties de matières et le besoin de l’enfant de retrouver son école, ses profs, ses copains avant de partir en septembre vers un autre établissement scolaire (passage du primaire au secondaire, du secondaire au monde du travail ou à l’enseignement supérieur).

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Tracing : un danger pour notre démocratie

Par Marie Greffe - Form'action André Renard

En cette période de crise sanitaire liée au Covid-19, de nombreux pays démocratiques se posent la question de la mise en place d’un système de tracing « de contact » ou « numérique » de la population afin d’éviter un deuxième pic de l’épidémie lors du déconfinement. Cette idée n’est pas neuve, en effet, des pays comme la Chine, la Corée du Sud ou encore Israël (pour ne citer qu’eux) appliquent ce principe depuis plusieurs semaines afin notamment de surveiller que les malades respectent bien le confinement ou plus drastiquement afin de s’assurer que les personnes qui ont eu des contacts avec eux restent confinées à leur domicile. Ici, il s’agit du tracing numérique qui a à chaque fois été retenu via une application de géolocalisation au départ du smartphone des personnes contaminées. Les citoyens ici n’ont pas été consultés ni même autorisés à refuser cette restriction de leur liberté, ils ont été forcés de télécharger l’application et de se soumettre aux impositions faites par les autorités de leurs pays.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Congé parental « Corona » qu’en est-il exactement?

Par Raphaëlla D'Amico, Form'ation André Renard

Pour la majorité des familles, le 4 mai 2020 -date de reprise dans les entreprises ne pouvant pas recourir au télétravail, est une journée de tous les combats dont un essentiel « où mettre les enfants ? ».

Papi, mami ? On oublie

Les prendre au travail ? Pas certain que ça va le faire. Ce combat ou dilemme a inspiré gouvernement et syndicats. Nathalie Muylle (CD&V), ministre fédérale de l’Emploi, a fait approuver par l’exécutif un congé parental spécifique à la période. Ce congé parental dit congé « corona » est valable pour la période du 1er mai 2020 au 30 juin 2020 inclus et a un effet rétroactif.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Territoire zéro chômage : quand l’expérience française séduit la Wallonie

Par Marie Greffe - Form'action André Renard

En 2016, la France a lancé un projet de Territoires zéro chômeur de longue durée (TZCLD) traduit dans une loi d’expérimentation nationale du 29 février 2016. Cette loi inédite adoptée par l’Assemblée nationale était à l’initiative d’ATD Quart monde, ASBL ayant pour but d’éradiquer la misère. L’expérience lancée pour une durée de 5 ans, devait à la base cibler davantage les zones rurales, les « territoires en déshérence », mais finalement des quartiers urbains ont également rejoint le projet. Dix expériences pilotes ont ainsi été lancées dans des lieux de vie de quelque 10.000 habitants avec des taux de chômage élevés (20% à 25% minimum).

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Belgique : les pictogrammes et labels débarquent au cinéma

Par Marie Greffe - Form'action André Renard

Le Belge aime le cinéma. A chaque sortie d’un nouveau dessin animé, des milliers de familles se pressent dans les salles obscures afin de découvrir les aventures d’un nouveau héros sorti de l’imaginaire des grands studios hollywoodiens, européens ou encore japonais. Qu’il s’agisse de films à grand ou à petit budget, les petites têtes blondes se délectent des réalisations Depuis près de 100 ans, la Belgique utilise un système jugé archaïque dans la labélisation des films qui sortent sur son territoire. En effet, jusqu’à présent, le système ne prévoyait que deux labélisations : enfant admis (EA), 12+, ou enfants non admis (ENA). Cette catégorisation des films était le fait d’une commission intercommunautaire de contrôle, qui après avoir visionner les productions cinématographiques, estimait s’ils convenaient à un public de moins de 12 ans (EA), de moins de 16 ans (12+) ou au plus de 16 ans (ENA).

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


La sécurité sociale en Belgique - un chef d’oeuvre en péril

Par Bernard Bolly - Directeur de la Form'action André Renard

Un peu d’histoire… On date habituellement la création de la sécurité sociale en Belgique à l’arrêté-loi du 28 décembre 1944. Durant la Seconde Guerre mondiale, un groupe clandestin réunissant représentants patronaux, syndicaux et politiques aboutit à la proposition d’un pacte social visant à mettre en oeuvre des mesures d’urgence en matière de sécurité sociale, non seulement pour préparer l’après-guerre, mais aussi pour réparer les misères subies par les travailleurs (salariés) . En effet, c’est suite « aux craintes de la misère qu’ont éprouvée les travailleurs pendant la guerre que le gouvernement s’est engagé dans la reconstruction économique du pays en ouvrant « la voie à un courant renouvelé de progrès social découlant à la fois de l’essor économique d’un monde pacifié et d’une équitable répartition du revenu d’une production croissante»

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Immigration : une affaire d’Hommes

Par Delphine Dumont - Form'action André Renard

Dimanche 10 novembre 2019, le centre d’asile de Bilzen, près de Hasselt (province du Limbourg) est en flamme. Très vite les badauds se rassemblent devant ce spectacle désolant. Certains d’eux applaudissent comme s’il s’agissait d’un exploit. Dans la foule, quelqu’un s’exprime : « Bien joué, mais quelques semaines trop tôt ». Le bâtiment devait bientôt accueillir de manière temporaire des demandeurs d’asile, apprend-on. L’annonce quelques semaines plus tôt de la transformation de cet ancien home en centre d’asile avait provoqué la colère d’une partie de la population . Cet incendie, sans doute d’origine criminelle (selon les pompiers), a provoqué l’émoi sur les réseaux sociaux. Il y a (heureusement) ceux qui s’insurgent contre ces vociférations haineuses, mais il y a aussi ceux qui les encouragent. Pourquoi cette haine ? D’où vient ce comportement de rejet du demandeur d’asile ? La peur ? Mais la peur de quoi ? D’être envahi ? De perdre sa propre culture ? Encore faut-il en avoir une ! Ou alors, serait-ce le résultat d’une incompréhension voire d’une « mésinformation » ?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


La fenêtre d’Overton : comment transformer l’opinion publique

Par Frédéric Tihon - Form'action André Renard

Tout est parti d’une polémique lancée par la chroniqueuse française Julie Granziani sur le plateau de l’émission « 24 h Pujadas » (LCI) et de son analyse par un autre chroniqueur, Clément Viktorovitch, dans l’émission Clique sur Canal + . Depuis, la fenêtre d’Overton est le nouveau truc à la mode. Tentative d’explication et quelques digressions autour de ce concept venu des États-Unis.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...