Mobilité : un cas concret pour (essayer d’) avancer

Par Frédéric Tihon - Form'action André Renard

F. est un travailleur du secteur socioculturel actif dans une association d’éducation permanente. Il vit dans un petit village situé à l’ouest de la province de Liège et travaille dans le centre de la cité ardente. Depuis une vingtaine d’années, il utilise son véhicule personnel pour se rendre à son lieu de travail ainsi que là où son emploi lui impose d’être. Cinq jours par semaine, il accomplit les 25 kilomètres de l’allée et les 25 kilomètres du retour seul dans son véhicule. Les problèmes de mobilité –en vingt ans, il a constaté une explosion du nombre de véhicules sur les routes qu’il emprunte- ainsi que les enjeux climatiques et environnementaux l’ont incité à se poser des questions sur sa manière de se déplacer et sur les conséquences que les actes qu’il porte ont sur son environnement direct. La Semaine de la Mobilité (du 16 au 22 septembre en Wallonie et à Bruxelles) et le ramdam médiatique autour des moyens de transport alternatifs à la voiture unique ont achevé de le convaincre. À titre individuel, qu’est-il prêt à faire pour la mobilité et, plus globalement, pour l’environnement et le climat ?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


La taxe kilométrique, bientôt une réalité à Bruxelles ?

Par Marie Greffe - Form'action André Renard

Depuis plusieurs décennies, très régulièrement les politiques belges s’interrogent sur la mise en place d’une taxe kilométrique ou de « vignette » sans qu’un accord entre les Régions n’aient jamais finalement abouti. La pierre d’achoppement résidait notamment dans le fait que le Nord du pays plaidait pour la première solution, tandis que le Sud pour la deuxième. Pour rappel, en mai 2008, l’ancien ministre de la Mobilité (PS) Michel Daerden, rappelait son approbation pour la mise en place d’une vignette pour les véhicules légers pour autant que celle-ci ne coûte rien aux citoyens. Il envisageait alors en échange de cette nouvelle taxation, la fin de la taxe de la télé-redevance. Plus de dix ans après, la taxe kilométrique revient sur la table des négociations et plus précisément sur celle du gouvernement bruxellois. En effet, dans la nouvelle déclaration de politique régional bruxelloise présentée par le gouvernement Vervoot III en juillet dernier, on retrouve le souhait du gouvernement de conclure « un accord de coopération entre Régions visant à mettre en œuvre une tarification kilométrique intelligente des véhicules légers sur la zone métropolitaine ou l’ensemble du territoire national ». Le texte souligne que cette taxe à l’usage remplacerait la taxation actuelle. Si on lit entre les lignes, on comprend rapidement que l’objectif du gouvernement est de désengorger Bruxelles surtout aux heures de pointe. Elke Van den Brandt (Groen), ministre bruxelloise de la Mobilité, espère pouvoir conclure un accord avec les autres Régions, mais annoncé déjà que si cela n’est pas possible, un plan B est déjà prévu.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Stop à la culpabilisation écologique

Par Gérald Jamsin-Leclercq - Form'action André Renard

Save the planet ! On ne peut être que d’accord avec les revendications écologiques portées haut et fort par les jeunes et moins jeunes. Le réchauffement climatique, la pollution, l’épuisement des ressources naturelles, le plastique… doivent faire partie de nos préoccupations immédiates. Mais sommes-nous coupables de ces vacances en avions ? De l’acquisition de ce nouveau smartphone ? Ou encore de l’achat ces produits suremballés ?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Les trottinettes électriques, vers un nouveau modèle de déplacement urbain

Par Marie Greffe - Form'action André Renard

Depuis un peu plus d’un mois maintenant, les trottinettes électriques en libre-service ont débarqué en Cité ardente. Présent depuis plusieurs mois à Bruxelles ou dans d’autres grandes villes (à Namur depuis mai), le concept n’avait pas encore jeté son dévolu sur Liège. C’est chose faite et nul ne peut l’ignorer. En effet, ces engins motorisés sont partout. Impossible de marcher en rue sans en croiser une ou d’éviter une autre stationnée sur le trottoir. Il faut dire que leur location est rapide et sympa puisqu’en quelques clics sur un smartphone on loue l’engin et après utilisation, on le gare peu importe l’endroit (enfin presque) et on ferme la session. A Liège, c’est l’entreprise Lime qui a lancé le marché la première. Elle a déployé en mai dernier quelque 140 engins sur le sol liégeois. Depuis, deux autres opérateurs (Flash et Trotti) sont venus se rajouter à l’offre montant le parc de free-floating à plus de 400 trottinettes. On comprend mieux qu’au vu de l’offre, elles ont rapidement envahi l’espace urbain au grand dam de certains Liégeois qui sont dérangés par la présence de ces nouveaux engins notamment lorsqu’ils encombrent les trottoirs lors de leur stationnement. Il n’est pas difficile d’imaginer que ce nouveau mode de déplacement facile d’accès, ludique et fun a rapidement séduit les jeunes et les citadins.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Grandeur et décadence du Web

Par Delphine Dumont - Form'action André Renard

12 mars 1989, au CERN en Suisse, Tim Berners-Lee, physicien et informaticien britannique, dépose sur le bureau de son chef, Mike Sendall, un document intitulé « Gestion de l’information : une proposition ». Un véritable charabia, même aux yeux du directeur. Sans le savoir encore, Tim Berners-Lee vient d’inventer un mécanisme permettant l’échange facile d’informations qui bouleversera littéralement le monde. Son idée? Donner aux chercheurs éparpillés dans les centres de recherches le moyen d’accéder aux informations stockées dans les ordinateurs de chacun. L’ancêtre de ce qui va devenir le web (www) est né ce jour-là. Trente ans plus tard, le web est partout. Quasi invisible tellement il fait partie de notre quotidien. Comment est-ce arrivé et pourquoi ? Comment les pionniers ont-ils vécu cette évolution ? Comment imaginer l’avenir, avec ou sans le web ?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


France : les Gilets Jaunes portent la colère du peuple

Etude de Marie Greffe - Form'action André Renard

Depuis la mi-octobre la colère gronde en France.

La flambée des prix du carburant, suite à l’envolée des cours du pétrole, et l’augmentation des taxes décidées par le gouvernement Macron a mis le feu aux poudres au sein de la population française. En effet, l’alignement du prix du diesel sur celui de l’essence a agi comme un détonateur. Très rapidement, de nombreux automobilistes ont placé leur gilet jaune de sécurité routière sur le tableau de bord de leur voiture en signe de contestation. Le 31 octobre dernier, 530.000 Français ont signé une pétition demandant une diminution des prix à la pompe et un appel a été lancé en faveur de la tenue d’une manifestation le 17 novembre. Une centaine de groupes Facebook ont été créés afin de rejoindre et de promouvoir le mécontentement de ces citoyens exaspérés par un pouvoir d’achat en baisse constante. Petit à petit le mouvement des « Gilets Jaunes » s’est formé, mobilisé, structuré… mais pourquoi est-il né ? Comment s’est-il constitué ? Comment fonctionne-t-il ? Par cette étude nous allons essayer de comprendre le mouvement, les tentatives de récupérations politiques, l’implication des syndicats et les réponses du gouvernement français face à cette crise peut-être plus profonde qu’il n’y paraît de prime abord.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...

 


Maison connectée : le nouveau cheval de bataille de la livraison à domicile

Par Marie Greffe - FAR

Les avancées faites ces dernières années dans la connectivité des objets et le développement des maisons intelligentes devraient faire sauter petit à petit la réticence des citoyens envers les nouvelles technologies liées à la sécurité des habitations. En effet, de plus en plus de consommateurs optent aujourd’hui pour les serrures connectées qui s’appliquent sur une simple porte d’entrée afin de ne plus devoir utiliser de clé pour rentrer dans leur habitation ou fermer la porte une fois à l’intérieur, mais gèrent cette opération grâce à leur smartphone. Si ce système n’est pas nouveau, les améliorations apportées ces dernières années à ces technologies comme la possibilité d’ouvrir à distance l’habitation, de donner des codes temporaires (ou pas) aux personnes autorisées à se rendre dans la maison (gens de maison, livreurs, parents, amis, promeneurs d’animaux, etc.) ou encore d’actionner automatiquement l’ouverture de la porte via son smartphone (dans sa poche ou dans son sac) par le simple fait d’être à une distance proche de la serrure, a déjà convaincu les férus de nouvelles technologies.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


La grève a ses raisons que le Pouvoir ignore

Par Delphine Dumont, Form'action André Renard

GreveWEB5 décembre 2018, à Herstal. La FGTB de Liège-Huy-Waremme tient son congrès statutaire. Plus de 480 militants sont réunis. Le rouge prédomine partout. La scénographie évoque un futur plus ou moins proche et questionne les participants sur les nouvelles manières de travailler, de consommer, de vivre et… de militer.  Cinq, quatre trois, deux, un… partez! Le show commence. Jean-François Ramquet, le secrétaire régional interprofessionnel, et homme-orchestre pour l’occasion, livre le rapport moral. Et comme souvent, quelques images en disent plus long qu’une pléthore de mots, il lance la séquence audiovisuelle sur le “zapping” des mouvements et actions auxquelles a participé la régionale depuis 2014. La vidéo en recense plus d’une trentaine. Manifs, grèves, rassemblements, actions symboliques, … Les revendications se confondent: pension, pouvoir d’achat, sécurité sociale. En front commun, ou pas. Avec la participation d’autres régionales de la FGTB, ou pas. Trente-six exactement! Est-ce beaucoup? Est-ce peu? Est-ce nécessaire? Lors des formations organisées par la Form’action André Renard, il n’est pas rare de ressentir une certaine frustration de la part des participants quant à l’utilité et l’efficacité des actions syndicales. Certains même semblent à bout, désespérés et las. D’autres expriment carrément de la colère, se référant aux temps jadis où la grève semblait plus forte et efficace. Ça ne sert plus à rien! On se fout de nous! On n’arrive plus à mobiliser! Les gens sont tellement individualistes! Les gens ne sont pas assez mal que pour se mobiliser! C’était mieux avant, on savait se mobiliser en 60.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Solidarité versus charité

Par Gérald Jamsin-Leclercq, Form'action André Renard.

Illustration-article-Solidarité-versus-charitéWEBViva for life », « Arrondi solidaire », « Clic solidaire », Collectes alimentaires dans les grandes surfaces, etc… Des actions ponctuelles qui nous rappellent, entre autres, qu’en Belgique, un enfant sur quatre vit dans la pauvreté et que plus de 400 000 personnes ont besoin des banques alimentaires. Ces campagnes font, disent-elles, appel à notre sens de la solidarité. Qu’en est-il vraiment ? Solidarité ou… charité ?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


La guerre des mots comme forme de résilience face au langage du pouvoir

Par Delphine Dumont - Form'action André Renard

MotsWEBLes mots! On en utilise tout le temps, ils sont omniprésents. On en manque, on cherche, on les pèse et parfois-même, il nous arrive de jouer avec. On les utilise pour exprimer une idée, une pensée, mais pas que, puisqu’on en “use” aussi pour ne rien dire. Certains sont dit un peu vite, d’autres ont du mal à sortir. Ils touchent, ils comptent ou sont comptés. Mot d’amour, mot doux, mot de passe, mot-clé, mot-valise. Ils ont le pouvoir de provoquer une réminiscence, ils évoquent un souvenir. Il y a ceux qui sentent bons et puis il y a ceux qui puent. Du moins c’est l’idée qui a germé dans la tête de l’auteur Des mots qui puent, Olivier Starquit que nous avons eu la chance de rencontrer à l’occasion d’une formation organisée à la Form’Action André Renard et au cours de laquelle il nous a fait part de ses recherches à propos du rôle des mots dans la société.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...