La pauvreté estudiantine en Fédération Wallonie-Bruxelles : une menace pour nos jeunes

Etude réalisée par Marie Greffe - Form'action André Renard

PauvreteestudiantineWEBLa gratuité de l’enseignement fait régulièrement débat dans la sphère politique belge. En 1983, notre pays a signé le « Pacte de New York » qui contient dans son article 13 le droit à un enseignement supérieur accessible à tous en pleine égalité (c’est-à-dire que tous y ont droit de la même façon), en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés dont l’instauration progressive de la gratuité. Cet engagement vieux de 35 ans n’est pourtant pas encore une réalité en Belgique. En 2017, lors de la Journée internationale des Etudiants, différentes associations et syndicats tiraient une fois encore la sonnette d’alarme face à la pauvreté estudiantine grandissante. La même année, le ministre de l’enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Claude Marcourt (PS), a lancé une étude spécifique sur la paupérisation des étudiants afin de quantifier le phénomène et de pouvoir trouver des solutions pour y remédier . La pauvreté est difficile à mesurer car elle est souvent multifactorielle. Une étude de la Fédération des étudiants francophones (FEF), publiée en septembre 2017 « Conditions de vies des étudiant.e.s », annonce que quelque 15 % des 3.000 personnes interrogées lors de l’enquête s’en sortent sans l’aide de leur famille pour financer leurs études tandis qu’un sur deux a un travail étudiant pour financer leur scolarité. Enfin, en 2017, 27.133 étudiants ont été frappés à la porte du CPAS pour subvenir à leurs besoins pendant leurs études, soit 7,5 fois plus qu’en 2002.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


L’économie belge crée de plus en plus de « jobs, jobs, jobs » mais aussi de plus en plus de « poors, poors, poors ». La réalité derrière les chiffres du chômage et de la pauvreté.

Par Stéphane Balthazar, Form'action André Renard

PauvretéWEBLe 17 octobre est la Journée mondiale du refus de la misère. Et comme chaque année, début octobre, à l’approche de cette journée de sensibilisation, plusieurs grandes institutions et associations publient des données et rapports sur l’état de la pauvreté et les inégalités socio-économiques. Le bilan général de la Belgique est pour le moins préoccupant sur ces terrains. Le Wallonie est particulièrement concernée de même que la plupart des dix-neuf communes de la Région de Bruxelles-Capitale. Préoccupant à plus d’un titre. D’une part, parce que les nombreuses données chiffrées qui sont publiées au fil des ans montrent que la pauvreté ainsi que les risques de pauvreté et d’exclusion socio-économique n’y reculent pas. D’autre part, parce que les inégalités continuent de s’y creuser mais également parce que tant les formes de pauvreté que les sources et types de risques de pauvreté prennent des visages sans cesse plus variés. Enfin, en raison du fait que les différentes catégories d’âge et de ménages analysés sont davantage exposés à ces risques en 2017 et 2018 que les quelques années précédentes !

Cet article vous intéresse? Lire la suite en format PDF...


Allocations familiales en Wallonie : le nouveau régime concernera les enfants nés en 2020

Par Marie Greffe - From'Action André Renard

AllocationsfamiWEBDans le cadre de la sixième réforme de l’Etat, le gouvernement fédéral a décidé de transférer les allocations familiales dans le giron des entités fédérées (Région wallonne, Communauté flamande, Communauté germanophone et la Cocom pour la Région bruxelloise). Cette décision a fait couler beaucoup d’encre dans la presse et a entraîné une série de questionnements au sein des gouvernements régionaux. Dans cette analyse, nous allons nous attarder sur la manière dont le gouvernement wallon a pris les choses en main et a déterminé l’avenir de ces aides allouées aux familles avec enfants. Afin de laisser le temps aux entités de se retourner et de déterminer un nouveau modèle, une période transitoire a été décidée jusque 2019.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Smart City: le nouveau défi de nos villes et communes

Etude de Marie Greffe - Form'action André Renard

Smart-CityWEBLe monde change et avec lui nos modes de consommation, de travail, de vie… Aujourd’hui, la révolution numérique constitue un nouveau bouleversement dans nos rapports au travail, aux autres, mais aussi à notre manière d’acheter, de vivre ou encore de concevoir l’avenir. Le mouvement des Smart Cities va dans ce sens. Il n’est pas question pour les villes et les communes de ne pas s’adapter à cette transformation technologique. Cette démarche n’est cependant pas simple, car l’évolution vers des « villes intelligentes » n’est pas aisée. Il ne suffit pas de disposer de la technologie pour évoluer vers ces nouveaux concepts, il faut également réfléchir à l’apport de cette démarche en vue de réduire les coûts de gestion et de dégager de nouvelles marges tout en gérant de manière globale les ressources, infrastructures et services de la ville. Néanmoins, il est clair pour de nombreux responsables locaux que cette démarche liée à la stratégie urbaine et à une gouvernance ouverte ne pourra qu’être bénéfique pour le respect de l’environnement, la croissance économique et l’amélioration des espaces de vie. La dynamique Smart City ne peut donc être envisagée que de manière globale.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Travailleurs et consommateurs: même combat? Les cas des substances chimiques présents dans les vêtements

Par Heinz Evertz, Form'action André Renard

VetementWEBDe nombreuses études démontrent le coût écologique du secteur du vêtement en matière de consommation d’eau, d’utilisation de pesticides et de polluants déversés dans l’eau, mais mettent bien moins en évidence d’autres facteurs tels que les perturbateurs endocriniens et la présence de certaines substances allergènes, mais aussi cancérigènes, dans les vêtements.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


L’Intelligence artificielle : la révolution du XXIe siècle est en marche

Par Marie Greffe, Form'action André Renard

AIwebHier lorsque l’on parlait d’intelligence artificielle, on s’imaginait que cette sphère de la technologie était réservée à des chercheurs et confinée dans des labos de développement hyper pointu de la technologie. Aujourd’hui, il faut bien se rendre à l’évidence, l’intelligence artificielle existe bel et bien et est accessible à tous. En effet, depuis quelques années, des objets intelligents ont fait leur apparition sur le marché. Les consommateurs, toujours avides de nouveautés, ont relativement vite opté pour ces nouvelles technologies au point qu’elles conditionnent parfois leur vie entière. Prenons le cas, des smartphones. Si certains y sont tellement accros que de passer une seule journée sans relève du parcours du combattant, demain avec l’ajout de capacité d’IA aux smartphones, ils ne pourront tout simplement plus vivre sans. Nous y reviendrons plus tard dans l’analyse.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


La terre est ronde, mais les extrêmes ne se rejoignent pas

Par Gérald Jamsin-Leclercq, Form’action André Renard

RondeWEBNous allons nous intéresser aux confusions entre les concepts d’extrême gauche et d’extrême droite. C'est pourtant un leurre idéologique dans lequel beaucoup tombent ou se complaisent. Cette confusion repose-t-elle seulement sur un manque de connaissances historiques et/ou théoriques ? Ou sert-elle d’autres intérêts ?

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Santé : les objets connectés de plus en plus à la mode, mais où vont nos données ?

Par Marie Greffe, Form'action André Renard

ObjetWEBNous vivons dans un monde de plus en plus informatisé où nous nous laissons de plus en plus séduire par les systèmes de connectivités proposés par de grands groupes commerciaux. Les montres connectées, les smartphones, les TV connectées, etc. Si ces outils de communication posent de nombreux problèmes en ce qui concernent les données collectées, rien ne nous empêche de nous en passer. Depuis quelques années, au vu de l’intérêt grandissant des citoyens d’avoir une meilleure santé, ces mêmes groupes et d’autres ont développé des outils au service de la santé. Comme nous l’analyseront au cours de plusieurs analyses, ces développements notamment dans l’e-santé posent de nombreuses questions. Il faut dire que tant l’Etat que les individus se laisse de plus en plus séduire par ces nouvelles technologies qui semblent facile d’accès et plus efficaces que jamais.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


La violence entre partenaires : un phénomène de société à éradiquer

Par Marie Greffe, Form’action André Renard

ViolenceWEBQuand on parle de violence intrafamiliale ou entre partenaires, on a tendance à penser que l’on parle de violence physique, mais il faut élargir le champ de la réflexion et aller au-delà de ce concept, car dans de nombreux cas, elle peut être psychique ou sexuelle, voir revêtir plusieurs de ces aspects en même temps. Pour que l’on puisse parler de violence entre partenaires , il faut établir également une répétition dans le temps. On ne parlera donc pas ici d’un fait isolé, même si sans surprise on remarque que la violence est rarement un cas unique et qu’il faut un certain point de non-retour quant à l’endurance de cette violence avant que les victimes osent en parler ou déposer plainte.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...


Milgram relève-toi, ils sont devenus fous !

Par Gérald Jamsin-Leclercq, Form’action André Renard

Avion-papierWEBIl y a quelques années, notre revue d’analyses « D’Autres Repères » publiait un article intitulé « Soumis de tous les pays, désobéissez ! » . L’objectif était d’une part de rappeler à quel point nous sommes obéissants face aux différentes formes d’autorités pour autant qu’elles aient un vernis de légitimité. D’autre part, le texte insistait sur la nécessaire désobéissance collective quand les droits fondamentaux des individus ne sont pas respectés. Dans ce second volet traitant de la soumission à l’autorité, nous allons analyser une mise en situation. Celle-ci a eu lieu dans le cadre d’une formation syndicale. Avant de dévoiler les objectifs du cours, nous avons construit une mise en situation pour tester et mesurer l’obéissance de plusieurs membres du groupe. L’expérimentation a eu lieu dans trois classes d’une quinzaine de personnes.

Cet article vous intéresse? Lire la suite au format PDF...